Message aux parents obnubilés par leur progéniture

En contrepartie de mon billet destiné aux non-parents, je voulais aussi écrire un message aux parents (tsé, tant qu’à me mettre du monde à dos, autant me mettre TOUT le monde à dos!)… 😉

Bon, je tiens à préciser que ce message ne s’adresse pas précisément aux parents dont le premier bébé a moins d’un an. La première année en tant que parent, on apprend tellement de choses et on est tellement en mode survie que c’est plus facile de pardonner quand un nouveau parent parle sans arrêt de son enfant.

Pour les autres, voici mon message :

Chers parents obnubilés par leur progéniture,

Je vous en prie, bannissez les phrases du genre « Tu crois que c’est difficile? Attends don’ d’avoir des enfants? » ou « Ne t’en fais pas… Tu verras, quand tu auras des enfants! » ou « Ma vie n’avait pas de sens avant d’avoir des enfants! ». Vous n’êtes pas plus important ni plus intéressant que les gens qui n’ont pas d’enfant. Il y a des gens qui n’ont pas d’enfant par choix, et leur vie peut être aussi importante, compliquée ou intéressante que la vôtre. Ce n’est pas parce que vous avez choisi de faire des enfants que tout le monde devrait faire pareil. De plus, il y a aussi des gens qui voudraient avoir des enfants, mais qui ne peuvent pas, pour toutes sortes de raisons. La plupart du temps, ces gens souffrent en silence, alors si vous leur faites sentir comme si vous êtes plus important qu’eux parce que vous avez une progéniture, vous ajoutez l’insulte à l’injure.

Et je vous en supplie : Trouvez-vous un intérêt autre que votre ou vos enfants. Les conversations qui tournent toujours autour des enfants deviennent très vite ennuyeuses! C’est toujours bon d’avoir plus d’UN intérêt dans la vie! Il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier… Que ferez-vous lorsque votre ou vos enfants quitteront le nid familial? Vous êtes une personne à part entière : ne fondez pas TOUTE votre vie sur vos enfants! Ils vous en remercieront, parce c’est assez difficile à vivre, un parent qui met tous ses espoirs et toute sa vie sur les épaules de ses enfants… Votre enfant est un être à part entière, différent de vous… Et vous aussi! : )

404751841_ba504267a3_m

Advertisements

Message aux non-parents

Chers non-parents,

Oui, être parent, ça chamboule une vie, ça me fait repenser toutes mes idées reçues, ça me fait grandir. Mais ça ne fait pas de moi quelqu’un de plus important ni de plus intéressant ni de plus digne d’être respecté qu’une personne qui n’a pas d’enfant! Loin de là! Et avoir un enfant, ça ne donne pas non plus une raison d’être heureux : si tu étais malheureux avant d’avoir des enfants, après, ça va juste être pire (si tu n’as fait aucun autre changement dans ta vie) : tu vas être malheureux et EN PLUS il va falloir que tu t’occupes d’un enfant! Le sourire de ma fille a beau être magnifique et attendrissant, ce n’est malheureusement pas assez pour nourrir mon âme de façon totale et complète… Ça a l’air évident, mais j’en connais plein qui ont cru fort au fameux « Que du bonheur »! Être parent, ce n’est pas juste des moments de joie intense…

Ce que j’ai surtout remarqué, c’est que depuis que j’ai un enfant, je suis obligée de revoir ma liste de priorités et d’aller à l’essentiel parce que je n’ai plus le temps de tergiverser : avoir un enfant, c’est aussi (mais pas que) avoir une liste infinie de tâches à faire. Je ne dis pas que ce sont toutes des tâches désagréables, je dis juste que je vais à l’essentiel par manque de temps et d’énergie. Et c’est aussi mon rapport à l’avenir qui change…

Bon, maintenant que j’ai bien dit que, contrairement à ce que certains aimeraient nous faire croire, le fait d’avoir un enfant ne fait pas de moi une personne plus importante ni plus intéressante ni plus digne d’être respectée qu’une autre, je tiens aussi à dire ceci : Si vous n’avez pas d’enfant, essayez d’éviter de trop juger, de trop critiquer et de donner des conseils mal avisés à des parents que vous ne connaissez pas. Soyons honnêtes : Si vous n’êtes pas parent, vous n’avez aucune idée de ce que ça implique réellement. Avoir la responsabilité d’un petit être humain, c’est assez difficile à comprendre concrètement avant de l’avoir vécu. On s’entend là, ce n’est pas impossible à comprendre, juste assez difficile. Il y a des moments de pur bonheur (dont on parle abondamment) et il y a des moments rough (dont on parle un peu moins, ou enfin, dont on parle souvent sous le couvert de l’anonymat). Et les petits jugements de la vie quotidienne n’aident personne. Je vous invite d’ailleurs à aller jeter un coup d’œil à la page Facebook de « Moi, mes enfants », qui répertorie toutes les phrases dites avant d’avoir des enfants et qui se sont révélées fausses! Super divertissant et informatif! 😀

Et si vous dites à qui veut l’entendre que vous détestez les enfants, n’oubliez pas que vous avez déjà été un enfant un jour… Et même un bébé tout vulnérable qui doit être nourri 20 fois par jour!

Alors, la prochaine fois que vous méprisez un parent à l’épicerie parce que lui ou son enfant n’agit pas comme vous voudriez qu’il agisse, dites-vous que vous n’êtes pas dans ses souliers. Tant mieux pour vous! Qu’est-ce que vous feriez, si c’était vous, le parent? Et dites-vous que si votre solution si simple fonctionnait, elle aurait été appliquée depuis longtemps…