Le strict miminum

Je continue à réfléchir sur les concepts de « bonne mère » et de « mauvaise mère » (ici et ici)… Je crois que je sais maintenant pourquoi je ne lis jamais de livres sur le sujet de la maternité en général… (J’ai fait une exception pour La première fois que…!) J’ai bien trop peur de me retrouver dans la définition de « mauvaise mère »! Je sais bien que sur le long terme, le déni, ça n’aide personne, mais… des fois c’est trop dur de se regarder en face.
 –
Quand je pense à mes responsabilités, je me dis que je ne peux pas être responsable de tout, tout le temps. Oui, ma fille n’a pas demandé à venir au monde et elle est extrêmement vulnérable, ça c’est indéniable, et je me le rappelle tous les jours. C’est une énorme responsabilité être parent, je le savais avant de concevoir. Mais on ne peut pas me tenir responsable de TOUT. Il y a des choses qui sont complètement hors de mon contrôle. Je suis un être humain. Je ne suis pas un dieu, encore moins une déesse. Je continue à apprendre à mesure que ma fille grandit et change. Je fais du mieux que je peux.
 –
Alors voilà, j’ai décidé de faire une liste du strict minimum que je devrais faire pour ne pas tomber dans la catégorie de « mauvais parent » (le pendant inclusif de « mauvaise mère », quoique je doute que les hommes aient envie de se retrouver dans cette catégorie!). Note à moi-même : Cette liste est loin d’être exhaustive : je l’écris simplement pour me rappeler que souvent, quand je trouve que je suis horrible, il y a des extrêmes que je ne franchis pas. Des fois, à force de toujours se faire dire qu’on fait toutte tout croche comme parent, on peut en venir à ne plus rien faire, ou encore à faire TOUT à l’opposé de ce que la norme sociale dicte (sans même y penser).
 –
J’aime mieux me ramener au neutre, pour ensuite être en mesure de recommencer à essayer de m’améliorer. Bon, ça c’est comment je me sens aujourd’hui, en 2014, avec UNE fille de deux ans. Je vais sûrement changer d’avis plus tard, selon les circonstances et avec l’expérience. Voici quand même ma liste.
 –
Le STRICT minimum, pour moi, en ce moment, c’est :
  • Alimentation – Si je n’empoisonne pas mon enfant et qu’il n’a pas de carences graves, ça va.
  • Période de jeu – Si je joue avec mon enfant pendant 20 minutes dans la journée, ça va. (Je commence petit! S’il y a une journée où ce n’est pas possible, je fais au moins le double la période de jeu le lendemain.)
  • Expression de l’amour – Si je lui dit que je l’aime une fois par jour, ça va. (Il y a des journées plus difficiles où il n’y a pas vraiment d’occasion de le faire. Pour ces journées-là, je peux lui dire que je l’aime pendant son sommeil. C’est beaucoup moins efficace comme communication, mais pour ces journées-là, c’est mieux que rien.)
  • Milieu de vie – Si mon enfant a au moins une surface propre où dormir et une pour manger, ça va.
Ça, c’est le strict minimum. Le but, c’est d’aspirer à mieux, tout en m’assurant de lui offrir au moins le strict minimum.
 –
Je peux imaginer que ma liste choque certaines personnes. Elle me sert surtout à conserver ma santé mentale, dans le but de devenir une meilleure mère pour ma fille. Vous en pensez quoi?
yourfault
Advertisements

Auteur : petitesvagues

Ma photo de profil est un dessin de la bande dessinée La petite patrie (Julie Rocheleau et Normand Grégoire)

3 thoughts on “Le strict miminum”

  1. Ton texte est très intéressant. Ces réflexions (c’est quoi être une bonne mère? c’est quoi le minimum pour moi?) m’interpellent énormément. Je me suis pas mal questionnée sur ce que je voulais pour mon enfant quand j’étais enceinte et j’étais pas du tout dans l’approche minimaliste.

    Avec cette nouvelle grossesse, une part de moi (une part un peu cruelle) se dit que je ne peux pas faire pire… « si je garde mon bébé en vie, ça va ». Mais une autre part refuse de laisser tomber mes rêves d’allaitement exclusif, d’apprentissage alternatif, de jouets en bois et de patience infinie. Je sais que je me heurterai éventuellement à la réalité et que je devrai réajuster mais en même temps, je n’arrive pas à le faire déjà…

    Pour ce que ça vaut, je trouve que tu as l’air d’une BONNE mère. Aimante, prête à se questionner et à se redéfinir. xx

    1. Aaaah Typhaine, j’avoue que j’appréhendais ta réaction… Faire le strict minimum, je me disais que tu trouverais ça tellement poche… Merci d’être douce avec moi.

      Et oui, j’avoue que moi aussi je trouve que tu es un peu cruelle avec toi-même… Mais bon, c’est peut-être une façon détournée de ne pas être trop exigeante envers toi-même, vu que tu as un gros deuil à faire? J’ai l’impression qu’il ne faut pas laisser tomber ses rêves, dans la parentalité, mais essayer de ne pas non plus les considérer comme la seule option possible dans chaque catégorie (alimentation, jeu, amour, etc.). C’est pas évident comme équilibre… C’est surtout de se laisser l’espace pour s’adapter à son propre enfant et à ses propres circonstances particulières.

      Oufff c’est pas évident tout ça… En tout cas, merci infiniment pour les compliments! Toi, tu as l’air du genre de mère que j’aimerais être: ouverte, sage, créative, patiente, pleine de ressources… Et tu chemines à une vitesse phénoménale!

      1. je trouve pas ça poche. Je crois qu’on trouve toutes les moyens qui nous conviennent pour faire face aux situations difficiles. Et si ça te permet de ne pas te sentir paralysée par la pression d’être une « bonne mère » alors ça a plein de positif.
        (et merci pour les beaux compliments aussi, même si je ne me reconnais pas dans tous ces qualificatifs…)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s