Confession d’une égoïste

Avant d’avoir un enfant, j’avais l’impression que je serais une très mauvaise mère. J’avais peur de ne pas avoir les qualités requises pour être une bonne mère. (Je n’avais pas compris qu’il n’y a pas de modèle unique de « bonne mère »!) J’essayais de me rassurer en me disant qu’au moins, je n’étais pas égoïste, que j’aimais rendre service aux autres, que j’étais altruiste, alors au moins ça allait m’aider à devenir une « bonne mère ».

Eh bien, j’étais dans le champ. Même si je ne suis pas la pire égoïste de la planète, je le suis quand même, égoïste… Je ne suis pas qu’une égoïste (ça ne me définit pas très bien), mais mon « moi » prend beaucoup de place, dans ma vie! Quand je suis devenue mère, je m’en suis rendu compte assez vite! Mon « moi » protestait sans arrêt! J’ai eu beaucoup de difficulté à accepter le fait que je devais laisser mon « moi » de côté pour quelques mois… même si c’était pour m’occuper de mon enfant! En fait, une partie de mon problème, c’est que je n’ai pas appris à réellement prendre soin de moi avant d’avoir un enfant, alors quand ma fille est arrivée, je ne savais pas comment calmer mon ego, qui me répétait sans cesse qu’il n’avait plus de place… C’est un début de réflexion; j’arriverai bien un jour à bien expliquer mon problème d’ego! Si jamais ça vous intéresse, je me reconnais beaucoup dans ce résultat de test : http://test.psychologies.com/avez-vous-un-ego-demesure/resultat/votre-ego-est-trop-modeste.

Ce début de réflexion me rappelle un passage du livre A life’s work: On becoming a mother de Rachel Cusk, qui disait que la figure de la « mauvaise mère » est parlante dans la littérature. Elle donne l’exemple d’Emma Bovary, qui continue à vouloir être « the subject, the centre, [she] draws the life out of her meanings for other people”« , et ce, même après la naissance de son enfant. (Malheureusement, mes livres sont tous dans des boîtes, alors je ne peux pas retrouver la citation complète que je voulais mettre ici… Ce sera pour une prochaine fois!)

Je me dis maintenant qu’au lieu de me rassurer avec des faussetés (je suis altruiste, alors ça va m’aider pour m’occuper d’un bébé… plutôt naïf! je ne réalisais pas à quel point m’occuper de ma fille serait différent de m’occuper d’une amie…), j’aurais mieux fait de réfléchir au fait que toutes les qualités peuvent contribuer à être une bonne mère… Je vais finir sur une citation de Véronique-Grenier-de-mon-cœur-que-j’adore : « J’ai compris ça un peu tard, que je pouvais me demander ce que je veux. Qu’être maman, ça avait aussi une part de personnel, de pas déterminé, de à définir. » Définition en cours…

 

Collectif-Egoiste-N-14-Revue-739139511_ML

Advertisements

Auteur : petitesvagues

My profile picture is actually street art by Sainer.

3 thoughts on “Confession d’une égoïste”

  1. Je crois que j’ai trouvé le terme que je cherchais! Au lieu d' »égoïste », remplacez ce terme par « autocentré ». C’est un adjectif qui s’applique habituellement aux pays, mais c’est vraiment ça que je voulais dire! Définition du Petit Robert : « Centré sur soi-même. Développement autocentré, basé sur les propres ressources du pays. »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s