Frénotomie / freinotomie

Je dois l’avouer, la dernière partie de mon dernier billet était motivée par la colère. Je voulais provoquer des discussions. Eh bien… pouet, pouet, poueeeeet! Zéro discussion! Au lieu d’essayer de provoquer des discussions en passant par la bande pour revenir au milieu du terrain, je vais juste partager le courriel que j’ai envoyé à Gabrielle Duchaine, journaliste de La Presse. Avant de partager, je dois expliquer.

Premièrement, voici le torch… l’article en question. Même pas besoin de le lire si ça ne vous tente pas, ça n’en vaut pas la peine!

Frein de langue (photo trouvée ici) :

tongue-tied1

Deuxièmement, comme c’est dans mes cordes, je vous propose une petite explication sur l’orthographe du mot « frénotomie » et ses variantes :

Tout d’abord, voici une définition du terme « frein de langue » : « En dessous de la langue c’est-à-dire au milieu de sa face inférieure, le frein de la langue permet de maintenir celle-ci contre le plancher de la bouche, et limite ses mouvements en arrière » (Termium). Ensuite, il faut faire la distinction entre frénotomie (ou freinotomie) et frénectomie (ou freinectomie), qui sont souvent utilisés de façon interchangeable, alors que ce sont deux réalités un peu différentes. Selon l’OQLF, la définition de « frénotomie » est la suivante : « Incision ou section des freins parodontaux et fibreux anormaux » et la définition de « frénectomie » est la suivante : « Ablation des freins parodontaux et fibraux nerveux ». Je paraphrase ma consultante en lactation préférée : la frénECtomie, c’est enlever le frein de langue, et la frénOtomie, c’est le couper. En ce qui concerne la façon de l’écrire (« é » ou « ei »?), ça, ça importe peu! Je préfère « ei »; je trouve ça un peu plus clair, étant donné que ça fait référence au frein de langue… Pour le présent texte, j’ai choisi l’orthographe  l’article en question, soit « frénotomie ».

Troisièmement, pour la petite histoire, je suis née (vers la fin des années 1970) avec un frein de langue tellement court que je ne pouvais pas réellement faire sortir ma langue de ma bouche (on voyait juste un bout de langue en forme de cœur sortir de ma bouche). Le médecin de ma mère a donc proposé de « couper le filet » (comme on disait à l’époque au lieu de « frénotomie » ou de « couper le frein de langue ») dès mes premiers jours de vie. Je savais donc qu’une telle opération était possible et que ce n’était pas la fin du monde.

Alors, quand j’ai eu des difficultés d’allaitement, ça ne m’a donc pas vraiment surpris qu’on me propose une frénotomie ma fille. Je savais que c’était une « opération » assez mineure. Et effectivement, ma fille n’a pas pleuré pendant cette « opération »; le tout s’est déroulé dans le calme!

Voici mon avis sur le fameux article : le ton est alarmiste et donne l’impression que la frénotomie ne devrait être proposée à presque personne, alors que selon la Société canadienne de pédiatrie, l’ankyloglossie [fixation de la langue au plancher de la bouche par un frein trop court] affecterait de 4,2 % à 10,7 % des nouveau-nés. Je me serais attendue à mieux de la part d’un quotidien de l’envergure de La Presse! On dirait presque que les rédacteurs font tout pour semer la panique!

 

Voici donc mon courriel :

« Bonjour Madame Duchaine,
Je ne vous connais pas. En fait, je ne connaissais pas votre nom avant le 1er mai. Et je ne connais pas les conditions de travail d’un journaliste en général. Mais je vois mal comment vous pourriez être fière d’avoir écrit l’article « Opérer bébé pour l’allaiter? », qui a été publié le 1er mai. Déjà, le titre est tendancieux. De ce côté-là, je me doute bien que vous n’avez pas tellement votre mot à dire sur le titre de la une, mais tout de même, je tenais à dire que le titre m’horripile. C’est du sensationnalisme, selon moi. Si je voulais lire un article du Journal de Montréal, je le ferais. Quand je lis La Presse, je m’attends à un certain niveau de qualité…

Ensuite, le paragraphe d’introduction : « De plus en plus de nouveaux parents font couper une partie de la langue de leur poupon pour corriger un problème d’allaitement. Solution miracle ou quête de l’allaitement à tout prix? » Il n’y aucun doute : le parti est pris. Il n’y a pas de pours et de contres qui tiennent : on dit clairement ici que ceux qui font vivre une frénotomie à leur enfant font partie des « méchants ». En fait, la frénotomie ne fait pas seulement que « corriger un problème d’allaitement ». Elle corrige aussi des problèmes futurs, comme des problèmes de dentition, de prononciation, de digestion (production de salive).

Le pire, c’est que je suis d’accord avec le questionnement sur la fréquence à laquelle la frénotomie est proposée et sur la compétence des personnes qui la proposent dans le système de santé public! J’ai même fait une plainte au MSSS à ce sujet dernièrement! Mais votre dossier n’aide pas du tout la situation. Personne n’a retenu ce questionnement : tout le monde parle de la supposée “mutilation” que subissent les nourrissons…

Et le fait que vous répétiez sans arrêt que l’opération (très mineure, en fait) est faite « à froid », me fait réagir aussi. Comme je l’ai déjà écrit, si les intervenants du milieu de la santé avaient proposé d’anesthésier ma fille pour une « opération » aussi bénigne, je me serais posé des questions sur la compétence de ces personnes! Anesthésier un bébé de deux semaines, comment on fait ça? Comment on fait pour calculer la dose? Quelles sont les répercussions?

Et je tiens aussi à préciser que j’ai vécu une frénotomie à quelques jours de vie, et j’ai 34 ans. Avec votre dossier, vous insultez l’intelligence de ma mère, de moi-même et de ma fille. Et ce, même si j’ai fait une plainte au MSSS à l’égard de la deuxième frénotomie que ma fille a subi, et qui, selon moi, était de trop et proposée par des personnes qui n’étaient pas compétentes en la matière. Et je tiens à préciser que la bouche de ma fille se porte très bien! Ma plainte porte surtout sur le soutien déficient en matière d’allaitement qui est offert par le système de santé, et la promotion démesurée de l’allaitement, qui, selon moi, est une combinaison qui fait beaucoup de dommages aux mères et aux familles.

Malheureusement, votre dossier fait aussi énormément de dommages aux familles en offrant des phrases tendancieuses et une approche sensationnaliste. Je ne sais pas à quel point vous êtes réellement responsable des points que j’ai soulevés; je suis consciente que le/la journaliste n’a pas le pouvoir complet sur les choses qui sont publiées en son nom. Mais j’aimerais que vous m’expliquiez. Vraiment.

Merci beaucoup de m’avoir lue!

Bonne journée »

Je n’ai pas reçu de réponse en tant que tel.

La journée où j’ai envoyé mon courriel, La Presse a publié (dans La Presse+, un outil qui n’est pas accessible à tous…) la réponse d’un des médecins qui avait été interviewé pour l’article (merci Dre Anjana Srinivasan!), et qui dit, de façon plus posée que moi, que l’article en question « ne donne pas une opinion claire et basée sur les données probantes de l’effet de l’ankyloglossie (frein de langue court) sur l’allaitement maternel et sur le rôle de la frénotomie ». En dessous de ce texte, Gabrielle Duchaine, pour sa part, essaie de nous convaincre qu’elle a rédigé « un texte équilibré qui montre les deux côtés d’un enjeu »… Nnnnnnot!!!

Si le sujet vous intéresse, je vous recommande plutôt les textes ci-dessous!

Texte de Bien vivre l’allaitement: http://bienvivrelallaitement.wordpress.com/2014/05/05/leditorial-qui-melange-tout/

Brève histoire de la frénotomie par une blogueuse fantastique: http://www.entreparentheses.ca/2014/05/breve-histoire-frenotomie/

Le communiqué de la Ligue La Leche: http://www.allaitement.ca/communique-de-presse-la-frenotomie/

Un billet de blogue que j’ai beaucoup aimé: http://zalahmaterne.wordpress.com/2014/05/09/je-suis-une-maratre-reflexions-sur-la-freinotomie/

Advertisements

Auteur : petitesvagues

Ma photo de profil est un dessin de la bande dessinée La petite patrie (Julie Rocheleau et Normand Grégoire)

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s