Comment réagir si quelqu’un vous parle de sa dépression pour la première fois

sales-listening

Comme le thème de la dépression semble avoir touché beaucoup de monde, je récidive! C’est un sujet qui touche beaucoup de mamans (et de papas!), alors j’en parle ici…

Bon, le titre est un peu provocateur : il n’y a pas de bonne façon de réagir si quelqu’un vous parle de sa dépression. Ça dépend de la personne et de la situation : toutes les réactions peuvent être bonnes (ou mauvaises, c’est un peu comme le chat de Schrödinger)! Mais il y a une réaction qui m’a fait mal plus que tout : la fuite. Les gens semblent avoir soit tellement peur de la dépression qu’ils ne veulent pas en entendre parler, soit être tellement ennuyés par le sujet qu’il doive se pousser avant même que j’aie fini de dire le mot « dépress… »… Le problème, c’est que pour aller mieux, ça peut aider d’en parler! Ça ne sert à rien de tout garder en-dedans et d’avoir honte! (C’est sûr qu’il y a un équilibre à trouver entre « en parler » et « en parler sans arrêt », équilibre que je n’ai pas trouvé encore… Je m’excuse à mes amis Facebook!)

Bref, je trouvais ça plate comme réaction, mais je vivais avec, jusqu’à ce que je participe à un groupe d’entraide pour personnes dépressives / bipolaires / ayant un trouble d’anxiété, et c’est là, dans cette salle triste avec un éclairage déficient que je me suis rendu compte que les gens qui ont des troubles mentaux ne sont pas ennuyants! Je regardais ces gens qui avaient vécu tout plein de choses toutes aussi horribles les unes que les autres, et qui essayaient courageusement d’améliorer leur sort… Et il régnait dans cette salle, malgré la pauvreté du décor, une atmosphère chaleureuse et détendue : on riait, on pleurait, on était authentique! Contrairement à certains préjugés, les gens ayant des troubles mentaux ne sont pas moins intéressants ou plus ennuyants que les autres : au contraire!

Alors, voici mon message aux gens qui doivent réagir lorsqu’un proche ou même une connaissance leur dit pour la première fois qu’il/elle fait une dépression : Vous avez juste à l’écouter. Je sais que le mot « dépression » peut faire peur, mais je vous le dis : si vous avez peur, vous êtes seulement victime de vos propres préjugés. Vous n’avez qu’à écouter la personne. La dépression n’est pas contagieuse. Ça se peut qu’elle pleure ou qu’elle soit découragée, mais vous n’avez pas à porter ses problèmes sur votre dos. Vous avez juste à l’écouter. Vous verrez! Vous n’avez pas besoin de fournir des solutions ni d’être très empathique. Juste d’écouter, de donner l’impression que quelqu’un l’écoute, c’est déjà un gros plus. Gardez en tête que le simple fait de dire à quelqu’un qu’on souffre d’une dépression demande beaucoup de courage (merci, préjugés!). Alors, encouragez la personne à parler un peu, et vous verrez si la personne est prête à parler : si elle n’est pas prête, même pas besoin d’insister! C’est-y pas simple, rien qu’un peu?

Voilà, c’était mon message aux personnes ayant un proche ou une connaissance en dépression. Pas de stress! Comme j’ai dit, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de réagir : tant que vous ne faites pas sentir à la personne qu’elle a la lèpre, c’est déjà pas si mal! 😉

Advertisements

Auteur : petitesvagues

Ma photo de profil est un dessin de la bande dessinée La petite patrie (Julie Rocheleau et Normand Grégoire)

4 thoughts on “Comment réagir si quelqu’un vous parle de sa dépression pour la première fois”

  1. Merci beaucoup Simon! D’ailleurs, si jamais c’est un sujet qui t’intéresse, j’ai lu quelque part (j’ai oublié où) que les papas ont un taux de dépression post-partum plus élevé qu’on penserait… Ben, en fait, parce que la plupart des gens diraient que les papas ne vivent PAS de dépression post-partum, alors que c’est faux!

    Je n’ai pas retrouvé l’article que j’avais lu, mais il y a ceux-ci :
    http://fr.canoe.ca/hommes/forme/archives/2013/01/20130103-153237.html
    http://www.familiprix.com/EspaceSante/ficheActualiteSante/la-depression-post-partum-pas-que-pour-les-meres

    Moi je trouve que j’ai un peu trop parlé de dépression pour l’instant, et j’aimerais passer à un autre sujet! 😉

    1. C’est important aussi de parler d’autre chose en effet 😉
      En fait, c’est peut-être l’une des raisons du tabou: en parler est très éprouvant et, souvent, il est sans doute difficile de la faire comprendre à quelqu’un qui n’a rien vécu de comparable.

      Merci pour ces articles! Ça m’intéresse bien sûr!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s